La pétition

 

 

Plagiée et condamnée à 42 000 euros ! C'est la terrible conséquence de la nouvelle politique menée à l'égard des auteurs. 

Il est difficile pour les auteurs de vivre de leur plume ou de leur art. Les auteurs ont peu de droits, aucune aide matérielle, aucun statut, et l’Etat s’en prend au peu qu’il leur reste, en supprimant l’obligation de citation. Non seulement les auteurs n’auront plus à être cités mais ils pourront être condamnés s’ils défendent leurs droits sur leur œuvre !

Mobilisons-nous en cette rentrée littéraire contre cette mesure insensée qui constitue une véritable atteinte au travail des auteurs et porte un coup fatal à la création, à la culture et à l’enrichissement de nos savoirs. 

Je suis l’auteure de vingt livres, traduits pour certains dans plusieurs langues et je suis la première victime de cette mesure insensée. L’écriture, c’est mon travail et, au-delà, ma raison d’être. C’est pourquoi j’agis pour qu’aucun auteur n’ait à vivre le cauchemar que je vis aujourd’hui. Les auteurs ont une fonction majeure dans la société : créer, faire rêver, distraire, instruire, informer, analyser, polémiquer... Tout travail mérite le respect, celui des auteurs, aussi.

L’histoire : une personne a acheté l’un de mes livres, l’a numérisé et proposé au téléchargement sur Internet, en « oubliant » de citer mon nom, et évidemment, sans mon consentement ! D’autres personnes en ont profité pour le diffuser à leur tour. Résultat : mon livre s’est retrouvé sur plusieurs sites, produisant une contrefaçon sauvage et incontrôlable.

Informée par l’une de mes lectrices, confiante et soutenue par la Société des Gens de Lettres, je suis allée en justice pour faire valoir mes droits sur mon œuvre. Au lieu de quoi, pour la première fois dans l’histoire de la justice française, les juges ont retiré à un auteur son droit moral sur son livre.

Les faits de contrefaçon sont avérés, je suis reconnue par les juges comme l’auteure de l’ouvrage et des textes qui sont dans l’ouvrage, et pourtant ces mêmes juges considèrent que je n’ai pas à être citée. Mais ce n’est pas tout, on peut reproduire mon livre sans mon consentement. Pire, alors que je n’ai commis aucun délit, je suis condamnée à verser, au titre de leurs frais de justice, 42 000 € aux plagiaires, somme qui bat tous les records et que les juges ont estimée souverainement. Et comble de l’injustice, avec mes droits d’auteur ! 

Lire la suite et signer la pétition.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous contacter : 
contact@monmotadire.fr
Conception de Mon mot à dire, auteure des textes : Corinne Morel

Conception de Mon mot à dire,  gestion des relations presse :

Patricia Brunel

Si vous partagez les contenus de Mon mot à dire, merci de citer vos sources et de respecter l’exception de courte citation.
Pour diffuser de plus longs extraits, demandez les autorisations à Mon mot à dire.